AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Come and play with me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Date d'inscription : 19/01/2014
Localisation : A gauche. J'ai dit à gauche, l'autre gauche...


A New Life !

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST:
Disponibilité RP: Occupé(e)

MessageSujet: Come and play with me   Mar 4 Fév - 15:22


come and play with me


La sonnerie retentit donnant le signal à une horde d'élèves de quitter les lieux pour aller se restaurer. Ils ne se firent pas prier et se levèrent de leur chaise, jetèrent leurs affaires dans leur sac avant de sortir de la classe en moins de temps qu'il ne le fallait pour le dire. Tout le monde le savaient, la sonnerie était sacrée, une autorité toute puissante. Les cours duraient leur temps imparti, pas une minute de plus, pas une minutes de moins et elle était là pour le rappeler. Personne n'osait la contester. Essayez donc de retenir une foule de jeunes bourrés d'hormones et affamés à l'heure du déjeuner. Cela faisait longtemps que les professeurs avaient renoncé.

Keira, n'échappant pas à la règle sorti à son tour et rejoignit le flux humain qui se déversait dans les couloirs. La monotonie de la voix du professeur de physique avait laissé place à une cacophonie de bruits de pas, de portes de casiers qui claquaient, d'éclats de voix et de rires. Un peu perdue dans cette marrée humaine, Keira avait un peu de mal à retrouver son souffle. C'était sa première journée dans son nouveau lycée et elle avait un peu de mal à s'y retrouver. Entre le nouvel emploi du temps et les couloirs qui lui étaient totalement inconnus elle devait encore prendre ses marques. Son ancien lycée lui manquait. Ses amis, sa famille, sa maison, sa ville, sa vie d'avant lui manquait terriblement. Mais elle n'avait pas d'autre choix que d'aller de l'avant alors autant faire le maximum pour que cela ce passe bien. Elle s'efforçait de sourire tout en répondant aux questions incessantes que certains lui posaient. D'où elle venait? Et pourquoi? C'était comment là-bas? Keira répondait patiemment. Après tout être la nouvelle dans une petite ville comme Mystic Falls c'était un peu comme être l'attraction du jour. La jeune fille restait juste un peu vague sur la raison de sa venue mais, de toutes façons ce n'était pas ce qui intéressait le plus les autres élèves.

Mais là tout de suite Keira avait besoin de souffler, de se retrouver un peu toute seule. Alors, pendant que tous les autres prenaient le chemin de la cafétéria, la jeune femme longea les couloirs sans trop savoir où elle allait, voulant juste s'éloigner le plus des autres le temps de se reprendre un peu. Elle ne voulait pas être la seule à rester debout avec son plateau sans savoir à quelle table s'asseoir, espérant qu'une âme charitable veuille bien lui faire signe. Elle devrait passer par là à un moment ou un autre mais, pas maintenant, pas aujourd'hui. C'était trop lui demander d'un coup. Elle se sentait déjà suffisamment étrangère pour ne pas en rajouter une couche. Elle n'était pas à sa place elle le savait. Pas la peine de lui faire un dessin.

Keira s'arrêta finalement devant une salle de classe. Poussant timidement la porte, elle remarque que celle-ci n'avait pas dû être utilisée depuis un moment. Les stores étaient baissés, plongeant la pièce dans la pénombre. Ici la jeune femme était sûre de ne pas être dérangée. Elle laissa son sac tomber au sol avant de s'asseoir sur une table puis de s'y allonger. Elle se regarda un moment le plafond perdue dans ses pensées. Elle refit tout le cheminement qui l'avait conduite ici regrettant une fois de plus cette fameuse fin d'après midi. Elle eu alors l'étrange sensation d'être observée. C'était idiot, il n'y avait personne quand elle est entrée et elle n'avait pas entendu la porte se rouvrir. Mais elle tourna tout de même la tête pour vérifier qu'elle était bien seule.
(c) AMIANTE


______________________


My Dirty Little Secret
“I will keep you my dirty little secret. Don't tell anyone or you'll be just another regret. Who has to know? When we live such fragile lives it's the best way we survive”



Dernière édition par Keira Thompson le Lun 21 Avr - 15:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 12/10/2013
Localisation : Derrière toi prête à planter mes crocs dans la chair fraiche de ton cou... :p


A New Life !

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST:
Disponibilité RP: Libre

MessageSujet: Re: Come and play with me   Sam 15 Fév - 12:57





















 ❝ Comme and play with me ❞
Keira & Heather ~




Des sonneries qui retentissent, des multiples pas qui résonnent dans ces couloirs étroits, et moi. Moi qui marche d'une lenteur sans nom entre ces foules affamées. Moi qui ignore le monde m'entourant, préoccupé par mes pensées qui errent entre mille et un souvenirs. Personne ne se préoccupe de la jeune femme perdue que je donne l'air d'être, la nourriture les appelle, aussi, même mon corps de rêve ne parvient à les en dissuader. Je suis comme invisible, et ils le sont bien plus encore pour moi. Je vagabonde, je songe et je m'imagine humaine. Je m'imagine devenant véritablement le jeu que je mène. Et c'est à cet instant que l'inévitable se produit. Je ris. Impossible de retrouver un tant soit peu d'humanité, je suis un monstre. Un monstre affamé qui assume entièrement sa véritable personnalité. Oui, j’assume cette envie constante qui me ronge les entrailles et me pousse à bondir sur toute âme vivante dont le sang boue d'une ardeur sans nom dans leurs veines bien fraîches. Des veines qui m'attirent, autant que la pause-déjeuner attire mes proies succulentes. Ce petit jeu de la lycéenne parfaite que je mène n'est qu'une façade. Les sourires que j'offre ne sont que mensonge. Je suis moi-même la réincarnation du diable et du mensonge. Et pourtant, ils sont tous là, à mes pieds, me suppliant de les aimer. Mon charme est tel que ma véritable personnalité leur échappe entièrement. Et je déteste cela. Je déteste me cacher sous un masque de bonté. Je déteste la bonté. Je déteste ceux qui se disent empli de cette futile émotion, détruite au premier malheur survenu. Si l'on creuse plus profondément, si l'on se démène assez pour découvrir la vérité incontestée de ce monde, ils sont tous des réincarnations du diable, des mensonges ambulants. Et je suis comme eux. Mais, ma seule différence, c'est que j'aime cela. J'aime me délecter de leur souffrance, de leur peur. Jouer avec leur sentiment, et écouter leur cœur tambourinant inlassablement dans leur poitrine bouillante. Et ainsi, je vagabondes entre les couloirs en songeant à cela. Ceci, cela, tant de futilités dont le monde entier se préoccupe. La conscience est ce dont je rêverais de me débarrasser. Mais, je ne peux pas. Ce serait trop simple. Je ne suis pas une lâche. Je suis bien plus. Aussi, je ne les oublie pas. Je n’oublie pas leur voix et le visage que j'accordais à ces mêmes voix. Et pourtant, je ne demande que cela depuis 700 ans. 700 ans, c'est tant ! Tant et pourtant si peu face à la vieillesse du monde. Plus les années passeront et plus je survivrais. Plus je me terrerais dans les souvenirs. Plus mon cas deviendra grave. Mon mode de vie sera sous peu impossible à changer. Le changement, ce n'est pas pour moi. Les états de conscience également. Ce qui est pour moi, c'est le sang, la peur, la souffrance. Mais, un jour, je le sais, mon éternité deviendra futilité. Lorsque ce monde ne sera plus, un monde dit éternel, alors comment survivrais-je ? Je succomberais dans les flammes du soleil comme tous, et je dépérirais dans le feu qui me consumera cette fois-ci pour l'éternité. Pour la véritable éternité, celle qui demeurera toujours. Et je souffrirais, je souffrirais, sans m'en lasser. Un doux sourire vint flotter sur mes lèvres, tandis que je l'apercevais. Cette jeune fille blonde, perdue dans les couloirs, en quête de solitude. La nouvelle, celle que tous dévoraient de question. Seule. Seule. Un mot qui ne cessait de tourbillonner dans mon esprit torturé. Oh, j'en connaissais la raison. Un seul mot que j’associais à cette innocente blonde. Jouet. Plaisir. J'avais justement besoin de me nourrir de la peur afin de me changer les pensées. Des pensées qui succombaient à divers états de consciences sans que je ne veuille bien l'admettre. Il était temps pour moi de dévoiler ma véritable nature. Personne aux alentours. Elle se glissa dans le salle de cours à pas lents, son pouls irrégulier parvenant à mes oreilles. Un sourire carnivore sur les lèvres, je me glissais dans la salle à sa suite, succombant à l'invisibilité de la vitesse. Je l'observais d'un œil intrigué, tandis qu'elle demeurait figée dans la pièce. Elle se sentait observé, mais également stupide. Elle avait raison dans les deux cas. Une petite réaliste, bien, c'était d'autant mieux. En un bond, je tournais autour d'elle à une vitesse fulgurante, renversant chaise et table en un immense fracas que personne n'entendrait, hormis la petite nouvelle. Je claquais la porte dans la volée, et la fermais soigneusement. Me délectant de l'effroi qui semblait la dévorer, je continuais ce petit manège quelques secondes de plus, avant de m'arrêter à sa hauteur. Elle me voyait enfin. Moi. Le monstre. La bête. Elle me voyait de ses yeux apeurés et je lui lançais un sourire. Un magnifique sourire qui signifiait que nous allons passer d'excellents moments ensemble. De très, très bons moments qu'elle serait malheureusement forcée d'oublier pour mon propre plaisir.

" Salut toi. Que fais-tu donc dans cette salle, seule ? C'est très dangereux, tu pourrais y faire de mauvaise rencontre tu sais... "



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

______________________

Désillusionnée avant l’âge, je dégueule sur la facilité des sentiment. Ce qu’on nomme l’amour n’est que ce que l’on a trouvé pour aliéner la déprime post-coïtum pour justifier le fornicateur de l’orgasme. C’est la quintessence du beau. Du bien, du vrai, qui refaçonne votre sale gueule, qui sublime votre existence mesquine. Et bien moi je refuse. ©️ Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-life-rpg.forumactif.fr
avatar

Date d'inscription : 19/01/2014
Localisation : A gauche. J'ai dit à gauche, l'autre gauche...


A New Life !

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST:
Disponibilité RP: Occupé(e)

MessageSujet: Re: Come and play with me   Dim 30 Mar - 23:52


come and play with me


Keira regarda autour d'elle. Elle ne vit qu'une salle de classe vide qui ressemblait à toutes les autres. Les murs étaient peints dans une couleurs entre le blanc et le jaune. Dans son ancien lycée les murs étaient en bleus, c'était assez étrange que ce genre de petits détails lui revienne comme ça, d'un coup. Son regard continua de faire le tour de la salle, ne voyant que des bureaux, des armoires, des chaises rien d'inhabituel dans un lycée.

Alors qu'elle pensait être vraiment seule c'est là qu'elle la vit. Enfin qu'elle l'aperçu. Cette fille, ses yeux bleus, son sourire carnassier. Avant même qu'elle n'aie le temps d'ouvrir la bouche elle la vit tourner à une vitesse inhumaine autour d'elle. C'était impossible, elle devait rêver. Keira sursauta en entendant la fracas que fit les chaises et les tables en tombant sur le sol. Elle écarquilla les yeux tournant la tête à droite et à gauche en tentant de suivre cette silhouette floue qui ne cessait de bouger. Elle sentit son cœur s'emballer, la peur l'envahir. Elle se leva et tentant de rejoindre la porte pour sortir de cette pièce et aller le plus loin possible de cette fille effrayant. Mais elle fut plus rapide et les enfermère à double tour. Coincée... Keira était totalement coincée, à la merci de...de cette chose. Elle recula jusqu'au mur le plus près d'elle, s'éloignant le plus possible et garda les yeux rivés sur elle. La tête rentrée dans les épaules, la jeune fille pria pour que cela cesse, que ça s'arrête.

Comme si elle l'avait entendu la "créature" s'immobilisa juste devant elle. C'était une jeune femme qui semblait avoir un peu près son âge. Des cheveux bruns tombant avec grâce sur ses épaules, des traits fins, des yeux aussi bleus qu'un ciel d'été mais dans lesquelles brillaient une lueur féroce, presque affamée. Ses lèvres à l'apparence délicates étaient étirées en un sourire inquiétant, glaçant un peu plus la pauvre Keira qui avait bien du mal à croire ce qu'il venait de se produire sous ses yeux. Elle mit une seconde avant de saisir le sens des mots qui sortir de sa bouche.

"Ri-rien... Rien du tout j'allais partir justement, j-j'ai cours dans une minute..."

Keira ne pensait qu'à une chose, s'en aller, partir, s'éloigner le plus possible de cette pièce et oublier tout ce qu'elle venait de voir. Ou encore mieux se réveiller en découvrant que ce n'était qu'un simple rêve. Un rêve étrange et effrayant.
(c) AMIANTE


______________________


My Dirty Little Secret
“I will keep you my dirty little secret. Don't tell anyone or you'll be just another regret. Who has to know? When we live such fragile lives it's the best way we survive”



Dernière édition par Keira Thompson le Lun 21 Avr - 15:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 12/10/2013
Localisation : Derrière toi prête à planter mes crocs dans la chair fraiche de ton cou... :p


A New Life !

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST:
Disponibilité RP: Libre

MessageSujet: Re: Come and play with me   Mar 1 Avr - 23:20





















 ❝ Comme and play with me ❞
Keira & Heather ~



Le souffle saccadé, son cœur battant irrégulièrement vite semblant prêt à se décrocher de sa poitrine vacillante à tout moment, un regard effrayé par cette créature de la nuit se jouant d'elle sans l'once d'une hésitation, l'envie de déguerpir à toute vitesse en un souffle, l'espoir de quitter les lieux vivants et en un seul morceau, voilà la définition même de la terreur. Cette peur omniprésente, empreignant de sa délicieuse odeur le site, prisonnière entre ces quatre murs. En un sourire inhumain, je me délecte de cette épouvante se déposant avec légèreté sur mon corps. Telle une renaissance, je sonde de mes yeux azur ma chère proie du jour, espérant dénicher cette agréable lueur humaine qui ferait la différence et qui me permettrait de ne pas la tuer. Du moins, pour le moment. Tournant autour d'elle comme s'il s'agissait d'un animal mis aux enchères, je riais presque de l'ironie de la situation. La seule bête présente dans cette pièce, c'était moi. L'éclat carnivore, se rapprochant presque d'une infamie sans nom semblait briller d'une vive ardeur, provoquant chez la belle blonde un sentiment d'oppression qui jamais ne cesserait. Les veines de ma victime palpitaient d'une chaleur tendancieuse, jouant de ma faim dévorant la moindre de mes entrailles. Mais, je ne me laisserais pas guider par ce désir tenace. J'étais maître de la situation. Aussi, j'avais dans l'intention de m'amuser quelque temps avec la jeune lycéenne. Elle remplissait les conditions à merveille. Apte à me rassasier de son sang et de ses hurlements qui sous peu retentirait à mes oreilles, semblables à d'onctueux murmures susurrés. Attendant le moment propice pour prendre une nouvelle fois la parole, je ne la quittais pas du regard, l'observant d'un amusement non feint peignant les traits de ce visage parfait m'appartenant jusqu'à mon dernier et ultime souffle qui ne retentirait uniquement lorsque les flammes de la mort s'abattront sur mon corps, qui ne ressentira pas la moindre souffrance, succombant depuis déjà d'illustres siècles sous la lave de ma propre rage. Bredouillant quelques mots, ma bien-aimée future esclave de mes moindres désirs tenta en vain de s'arracher de mon regard hypnotisant. Prise au piège dans les abysses de mes iris, elle ne prononça plus un mot, ne bougea pas d'un pouce, agissant à ma guise, telle une vulgaire marionnette de laquelle je pouvais dès à présent retirer absolument tout ce que je souhaitais. Un simple mot, un simple geste et celle-ci suivrait à la lettre ma conscience torturée me poussant à commettre d'innombrables atrocités. Continuant mon petit manège autour de la prochaine dépouille qui dépérirait de mes mains, je ne la quittais pas des yeux, l'incitant en un sourire à quitter les lieux... J'aimais accorder ce conciliant espoir envahissant les cœurs de mes victimes et s'envolant dans le souffle impétueux du vent s'échappant de cette vitesse folle que m'accordait l'immortalité. Se ruant vers la porte, pour une humaine, elle paraissait agile et endurante. Mais, jamais elle ne parviendrait à échapper à un vampire, d'autant plus lorsque celui-ci possédait derrière lui sept longs siècles d'expérience au cours desquels je perfectionnais mes diverses méthodes de torture, jubilant face aux supplices de mes victimes, dont les beuglements se perdirent tous dans les méandres du néant lui-même. En quelques pas, je saisissais d'une seule main le frêle cou de mon pantin, laissait mon visage se déridait vers ma véritable identité. Incarnation du diable en personne dans toute sa splendeur, je murmurais en un rire cristallin, contredisant cette apparence démoniaque qu'abordait en cet instant mon visage. « Tu me fausserais compagnie pour de simples cours ? Je m'attendais à mieux de ta part, délicieuse humaine. » Sur ces mots emplis d'un dédain qui m'était propre, je plantais mes crocs dans la chair fraîche de son coup, avalant langoureusement sans la moindre retenue ce sang si divin affluent par litre de sa plaie. J'aurais pu ne pas m'arrêter, et me perdre dans la mort de cette lycéenne. Une nouvelle dépouille serait alors tombé en un bruit sourd sur le sol, m'offrant ainsi un nouvel allée simple pour l'enfer où ma place semblait d'ores et déjà préparée à mon nom. Retirant mes crocs de sa chair, je jetais près d'un bureau ma source inépuisable de sang, dont l'effroi semblait bien plus marqué. M'approchant d'elle en un sourire dégoulinant, je murmurais face à elle : « Ne bouge pas. Ne hurle pas. Tu te contentes de faire ce que je dis. » Passant ma main sur sa joue humide, je tournais les talons et commençais quelques tours de la classe à pas lents et mesurés, léchant mes doigts inondés de ce nectar bienfaisant. « Alors, dis-moi, jeune humaine, quel est ton nom ? » M'accroupissant près d'elle, j'attendais sa réponse en ce demi-sourire duquel toute personne raisonnable se méfierait...



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

______________________

Désillusionnée avant l’âge, je dégueule sur la facilité des sentiment. Ce qu’on nomme l’amour n’est que ce que l’on a trouvé pour aliéner la déprime post-coïtum pour justifier le fornicateur de l’orgasme. C’est la quintessence du beau. Du bien, du vrai, qui refaçonne votre sale gueule, qui sublime votre existence mesquine. Et bien moi je refuse. ©️ Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-life-rpg.forumactif.fr
avatar

Date d'inscription : 19/01/2014
Localisation : A gauche. J'ai dit à gauche, l'autre gauche...


A New Life !

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST:
Disponibilité RP: Occupé(e)

MessageSujet: Re: Come and play with me   Jeu 10 Avr - 8:50


come and play with me


Elle jouait avec qu'elle, Keira n’eut aucun mal à le comprendre. L'expression de son visage, chacun de ses traits, le sourire qui flottait sur ses lèvres, tout en elle montrait qu'elle s'amusait, qu'elle prenait un plaisir certain en voyant la terreur s'emparer de plus en plus de la jeune fille. Si elle l'avait pu Keira se serai fondu dans le mur ou alors elle serai partie en courant. Mais elle était incapable de bouger, de détacher ses yeux des siens. Elle se sentait hypnotisée, engourdie, aspirée par son regard, elle avait plus aucune volonté. Elle ne voyait plus que le cercle parfait de ses iris bleus, qui ne cessaient de grandir encore et encore jusqu'à ce que sa conscience y bascule, qu'elle tombe comme dans une eau glacée. Des frissons lui parcouraient l'échine, elle aurai presque suffoqué en sentant cette sensation s'infiltrer dans ses veines, s'emparer de tout son corps, le geler sans qu'elle ne puisse rien y faire. Elle était là, totalement à sa merci. Une petite sourie paralysée par la peur, incapable du moindre geste attendant avec impuissance que le serpent en face d'elle frappe.

Un geste de tête et Keira se cru délivrée. Mais ce sentiments ne dura que le temps d'un souffle. Elle se précipita vers la porte, s'imaginant déjà loin de cette salle de classe mais à peine ses doigts effleurèrent la poignet qu'un étau se resserra autour de son cou.  Une main froide et glacée, implacable se referma sur sa nuque sans aucun ménagement. La jeune fille tourna des yeux  écarquillés vers le visage qui se trouver à quelques centimètres du sien. Un visage qui n'avait plus rien d'humain. Il avait les traits d'un démon, d'une bête. La férocité avait remplacé l'apparente fragilité qui était encore présente il y a quelques instant, seule sa voix possédait encore un semblant d'humanité. Le cœur de Keira s'arrêta, près à céder d'un moment à un autre. Puis une douleur aiguë explosa dans son coup. Elle réalisa avec effroi qu'on l'avait mordu, qu'on buvait son sang avec voracité comme un assoiffée après  une trop grande période de privation. Elle voulu crier, supplier, appeler à l'aide mais sa voix ne franchit jamais ses lèvres. Elle tenta en vain de se protéger, de la repousser mais tous ses efforts étaient inutiles, ridicules. Qu'était-il en train de se passer ? Qu'était cette créature qui se buvait, se nourrissait de son sang ? Un mot vient à l'esprit de Keira comme une évidence et comment y croire ? Etait-elle réellement entre les mains d'un vampire ? Allait-elle mourir ici, comme ça, sans même savoir ce qu'il se passait ?

Alors qu'elle pensait que c'était fini, que sa vie allait lui être arraché elle fut projeté en avant heurtant durement le sol. Elle se recroquevilla contre un bureau les yeux remplis d'effroi, toutes couleurs ayant quittés son visage. Elle ramena ses jambes contre elle, roulée en boule comme un animal apeuré, un main posée sur son cou douloureux. Elle sentait son sang chaud et poisseux couler entre ses doigts, cette odeur lourde et tenace. Elle entendait presque son cœur affolé battre dans sa poitrine avec une telle force qu'elle pensait qu'il allait lui briser les côtes. Mais rien de tout cela ne lui importe pour l'instant. Elle ne voyait que ce visage, ce sourire écarlate qui lui faisait face. Elle du faire un effort surhumain pour ne pas reculer quand ses doigts touchèrent sa joue. Elle ferma simplement les yeux en rentrant la tête dans les épaules s'attendant à ressentir une nouvelle vague de douleur. Mais rien ne vient. Osant à peine rouvrir les paupières elle la regarda faire des allées et venues, passant la langue sur ses doigts. Lorsqu’elle lui demanda son nom, Keira dû d'abord avaler sa salive pour tenter de dénouer sa gorge où les mots restaient bloqués :

« -Keira... Je m'appelle Keira. »


Elle ne dit rien de plus après tout à quoi bon la supplier, lui demander de ne pas lui faire de mal ? Elle était à sa merci, elle pouvait faire ce qu'elle voulait d'elle. Keira ne pouvait que faire ce qu'elle lui demandait en espérant qu'elle finisse par l'épargner ou qu'au moins le cauchemar cesse bientôt.  
(c) AMIANTE


______________________


My Dirty Little Secret
“I will keep you my dirty little secret. Don't tell anyone or you'll be just another regret. Who has to know? When we live such fragile lives it's the best way we survive”



Dernière édition par Keira Thompson le Lun 21 Avr - 15:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Date d'inscription : 12/10/2013
Localisation : Derrière toi prête à planter mes crocs dans la chair fraiche de ton cou... :p


A New Life !

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST:
Disponibilité RP: Libre

MessageSujet: Re: Come and play with me   Ven 18 Avr - 23:22





















 ❝ Comme and play with me ❞
Keira & Heather ~



En un sifflement venimeux pareil à celui d'un serpent ondulant à la surface du sol d'une grâce fine et élégante, je m'enroulais peu à peu en des rires cristallins autour du cou de ma bien-aimée proie, recroquevillée dans un coin de cette infime pièce la séparant du monde, de sa réalité et de toute protection possible. Il me suffisait de resserrer mon étreinte mortelle et sans la moindre issue, et en un dernier souffle, ma victime dépérirait dans sa propre terreur gisant à ses pieds sur le sol marbré. Tel était son destin. Un jour ou l'autre, cet ange au nectar si divin achèverait ses jours entre les racines de mère nature. Et ce, lorsque je le déciderais. Moi seule possédait les cartes entre mes mains habiles et délicates. Un seul faux pas de travers, et son cœur cesserait de tambouriner de cette vive allure rafraîchissante. Sous le joug de ma contrainte, son nom franchit ses lèvres blêmes, malgré cet effroi paralysant chaque cellule de son corps. Elle le sait, elle le sent. La mort est proche. Aucun moyen de survie si ce n'est ma clémence. Malheureusement pour elle, cette dernière s'avère être inexistante. Chacun de mes agissements n'est animé uniquement par mon propre intérêt, flottant sous mon regard hivernal tuant toute personne osant le défier sans éprouver la moindre peur. Cette petite et frêle humaine seule et dépendante d'une panique incontrôlable me remémore quelques souvenirs d'un temps jadis où moi aussi, je fus soumise aux tempêtes des émotions s'abattant les uns après les autres sans accorder un seul répit à leur ennemi. Cette poitrine qui se serre, se contracte. Ce cœur qui survole les vitesses et l'entendement humain. Ces pas qui se pressent à travers une forêt jonchée d'obstacles méconnus. Ces hurlements résonnant dans chaque partie de ce vaste monde. Cet effroi de ne parvenir à temps pour les sauver. Cet afflux de sentiments se rebellant contre ma conscience libre. Ce fut il y a plus de sept siècles passés, en des temps bien plus sombres, mais qui pourtant, demeuraient tout aussi dangereux qu'à présent. En ces jours, je suis l'un des vampires les plus puissants. Personne ne me surpassera. Si ce n'est mon ennemi fatal qui dépérira sous ma main chanceuse en des beuglements de douleurs qui se perdront dans les limbes de mon esprit consumé par les flammes de l'enfer. Je suis ainsi. Le monstre. La bête. Constamment sous vos ombres menaçantes traduisant vos frêles corps. Au sein même de l'obscurité, j'en suis la définition. Un jour, ce monde connaîtra de nouveaux régimes totalitaires. Et lorsque cet agréable et divin jour succédera à cet ensemble d'années rythmées par les chants de la liberté, j'en serais la clé, le maître absolu. Et ainsi, dans ma main droite, je tiendrais la puissance même, le monde, l'humanité, la vie, et en un geste égal, je saisirais le diable et ferais de son lieu de domicile un désastre, le chaos le plus total, afin de laisser perdurer l'espoir de ne jamais m'y rendre à l'avenir. Mais, je le sais. Je suis condamnée à une vie d'asservissement. Et je suis prête. Bien que je ne souhaite pas enlacer la faucheuse, je ne fuirais pas la mort. Je me contenterais de la défier, et d'un pas traînant et lasse, je me rendrais là où est ma place. Et ainsi est la vie. Me penchant vers mon amie Keira, je songeais à mon enfance. À ce que j'endurais. Et, avant-goût d'une véritable vengeance prochaine, je laissais ma haine déferler contre cette innocente humaine. Ses yeux s'abandonnèrent aux miens, et soumises à mes lois, elle ne put me dissuader de commettre quoi que ce soit d'irréparable. « Et bien Keira... écoutes ma voix. Tu ne vois plus rien, si ce n'est l'obscurité la plus totale. Tu es perdue. Tu as beau ouvrir les yeux, seule la pénombre te fait face. » En des rires frôlant la folie, je relevais la pauvre victime sans la moindre once de considération envers la santé de ma proie, préoccupée par les effets dévastateurs de mon hypnose. « Relève toi, Keira. » Elle était forcée de suivre mes instructions. Ma voix seule se trouvait être maîtresse de la situation. Me positionnant au fond de ma classe, en prenant grand soin de faire dégringoler d’innombrables bureaux et chaises sur mon passage, je l'attendais à l'autre extrémité de la pièce. « À présent, tu dois me rejoindre. Tu n'arrêteras pas de fouiller la pièce tant que tu ne m'auras pas touché, et offert par la suite de ton sang. Que la chance te soit favorable chère Keira ! » Mon rire s'abandonna dans cette pièce et lieu de torture, tandis que je laissais ma pauvre victime à mes règles...



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

______________________

Désillusionnée avant l’âge, je dégueule sur la facilité des sentiment. Ce qu’on nomme l’amour n’est que ce que l’on a trouvé pour aliéner la déprime post-coïtum pour justifier le fornicateur de l’orgasme. C’est la quintessence du beau. Du bien, du vrai, qui refaçonne votre sale gueule, qui sublime votre existence mesquine. Et bien moi je refuse. ©️ Ecstatic Ruby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-life-rpg.forumactif.fr
avatar

Date d'inscription : 19/01/2014
Localisation : A gauche. J'ai dit à gauche, l'autre gauche...


A New Life !

Feuille de personnage
MY LITTLE FRIENDSHIP LIST:
Disponibilité RP: Occupé(e)

MessageSujet: Re: Come and play with me   Lun 21 Avr - 20:23


come and play with me


Depuis combien de temps le cauchemar avait-il commençait? Une minute? Une heure? Un siècle? Keira n'aurait su le dire. C'était comme si le temps s'était arrêté, figé dans sa course. Il avait cessé d'être depuis qu'elle avait fermé la porte, il n'existait plus, n'avait plus aucune importance. Keira vivait peut être ses derniers instants. Sa vie pouvait prendre fin d'un moment à l'autre d'un claquement de doigt du vampire qui se trouvait devant elle. Un vampire... Ces créatures existaient donc réellement. Keira connaissait les légendes et les histoires qu'ils peuplaient, terrorisant chacune d'elle. Mais jamais elle n'aurait imaginé dans ses pires cauchemars la terreur qu'ils pouvaient inspirer à leurs victimes, à leurs proies. Rien à voir avec les versions édulcoré des films à succès où ils scintillent au soleil. Non, cela n'avait rien à voir. Ils n'était que terreur, épouvante, cruauté. Leurs yeux étaient noirs et injectés de sang. Les veines autour de leurs yeux étaient saillantes, s'insinuant sous leur peaux comme de minuscules serpents. Oui c'étaient des démons ne révélant leur vrai visage que dans l'obscurité. Keira avait mal, elle avait peur. Tellement peur. Elle regarda sa main tâchée de sang, liquide écarlate luisant dans la faible lumière qui parvenait à se frayer un chemin à travers les stores. Elle le sentait quitter son corps en un flot continu rythmé par les battements affolés de son cœur. Combien en avait-elle déjà perdu? Combien de temps tiendrai-t-elle encore?

Keira leva une fois de plus des yeux terrorisés sur le visage du vampire et croisa son regard. Elle se sentit à nouveau partir, perdre conscience pour ne laisser la place qu'à la volonté de son bourreau et à sa voix. Au fils de ses mots la vue de Keira se troubla, s'assombrit pour laisser place au néant. Elle écarquilla les yeux le souffle court et serra les poings. Que lui arrivait-il? Après lui avoir pris son sang voilà qu'elle la privait de sa vue. Une larme coula sur sa joue pendant des rires proches de la démence secouaient le vampire. La pauvre humaine se sentit soulevée sans le moindre ménagement et tenta de tenir sur ses jambes tremblantes. Elle tremblait comme une feuille à la fois de peur mais aussi de faiblesse. La perte de sang commençait à se faire sentir l'affaiblissant de plus en plus. Elle ne se sentait pas la force de tenir debout mais la voix du vampire était impériale, elle était incapable de lui résister. Le fait de ne rien voir la désorienta encore plus. Elle mit les mains en avant par pur réflexe et sentit le vampire s'éloigner. Keira sursauta en entendant le fracas d'objets tomber au sol. Perdue, effrayée Keira ne savait pas quoi faire. Elle entendit de nouveau sa voix et s'exécuta sans attendre, comme si son corps avait maintenant sa volonté propre, totalement soumis au bon vouloir du vampire. Les mains en avant Keira cherchait sa propre mort sans savoir pourquoi. Elle ne voulait pas mais cela ne changeait rien, elle est contrainte de le faire. Son sang ne cessait de couler, formant une longue trainée sur le sol alors qu'elle avançait hésitante. Elle trébucha une première fois sur un bureau renversé et se retrouva au sol en grimaçant de douleur. Elle se releva, chercha, tomba de nouveau, recommença encore et encore. Son corps la faisait souffrir, ses nerfs étaient à vif, les larmes ne cessaient de couler sur ses joues. Elle chuta une nouvelle fois et étouffa un gémissement de douleur. Elle en avait assez. Que ça s'arrête... Pitié que cela s'arrête. Keira fut contrainte de se relever de nouveau en grimaçant de douleur et de poursuivre ses recherches en titubant, pleine de désespoir. Peu à peu la douleur et la peur laissèrent la place à d'autres sentiments. L'incompréhension et la colère contre ce jeu injuste et cruel.

"-Pourquoi? Pourquoi tu fais ça? Je ne t'ai rien fait, je ne te connais pas. Je ne t'ai rien fait. Pourquoi?"
(c) AMIANTE


______________________


My Dirty Little Secret
“I will keep you my dirty little secret. Don't tell anyone or you'll be just another regret. Who has to know? When we live such fragile lives it's the best way we survive”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I AM Contenu sponsorisé


A New Life !

MessageSujet: Re: Come and play with me   

Revenir en haut Aller en bas
 

Come and play with me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Play TV enfin recepteur TNTHD
» Offre triple play chez Swisscom
» Play astérix 1980-1985
» [chronique] The Mystery Play de Grant Morrison et John.J.Muth
» Wrestling Play Game

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Life :: Mystic Falls au coeur de l'histoire :: Centre ville :: Le lycée-